Anxiété liée aux mathématiques VS dyscalculie

L’enfant est-il dyscalculique ou a-t-il des difficultés en mathématiques à cause du stress ? Ou peut-être y a-t-il une autre raison ? Examinons les caractéristiques de la dyscalculie et de l’anxiété liée aux mathématiques afin de vous aider à trouver la réponse.

D’où viennent les difficultés en mathématiques ?

Pour tirer pleinement parti d’un cours de mathématiques traditionnel à l’école, un enfant doit posséder de nombreuses compétences. Il doit être capable de rester assis et attentif pendant près d’une heure, de lire l’exercice et de le comprendre, de réécrire correctement les nombres inscrits au tableau, etc. Avoir de grandes capacités de calcul n’est qu’un des aspects qui influencent les performances de l’élève en mathématiques. C’est pourquoi il est impossible de désigner seulement une ou deux causes “universelles” des difficultés en mathématiques.

Cependant, lorsque les mathématiques sont particulièrement difficiles pour un élève, les raisons les plus souvent évoquées sont probablement l’anxiété liée aux mathématiques et la dyscalculie. En théorie, ces deux concepts sont très différents, mais dans la pratique, il peut être difficile de les distinguer. Le fait d’avoir de réelles difficultés à comprendre les mathématiques peut conduire l’élève à en avoir peur. En outre, le fait que l’élève passe des années à éviter les exercices à cause de l’anxiété liée aux mathématiques mène souvent à une accumulation de problèmes qui ressemblent aux effets de la dyscalculie. Pour bien différencier la dyscalculie de l’anxiété liée aux mathématiques, il est nécessaire d’en connaître les définitions.

Qu’est-ce que l’anxiété liée aux mathématiques ?

Les mathématiques sont sans doute la matière la plus redoutée à l’école. Les élèves l’associent souvent à de mauvaises notes, à des professeurs sévères et à des concepts impossibles à comprendre. Ce qui peut conduire à une peur irrationnelle des mathématiques. Les élèves souffrant d’anxiété liée aux mathématiques ressentent un stress immédiat lorsqu’on leur demande de résoudre un exercice dans lequel ils doivent compter. Dès qu’ils voient que l’exercice comporte des chiffres, ils s’attendent à ce que la tâche soit difficile.

Des données recueillies par le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) montrent que l’anxiété liée aux mathématiques a un effet négatif sur les performances des élèves en mathématiques. Elle a des conséquences non seulement sur la motivation des élèves à apprendre, mais aussi sur leur mémoire de travail. Les personnes souffrant d’anxiété liée aux mathématiques éprouvent des difficultés à se concentrer et à effectuer des opérations mentales comprenant des nombres. De ce fait, elles commettent souvent des erreurs, ce qui renforce leur conviction qu’elles ne seront jamais bonnes en mathématiques.

L’un des signes les plus caractéristiques de l’anxiété liée aux mathématiques est le fait que l’élève ne peut pas faire d’exercices mathématiques à l’école, mais qu’il est capable d’effectuer les mêmes opérations sous une autre forme, c’est-à-dire un jeu ou un problème de la vie quotidienne. Un autre symptôme est la peur liée aux calculs, qui apparaît non seulement pendant les tests, mais aussi à chaque fois que la personne doit résoudre un problème lié aux mathématiques.

Qu’est-ce que la dyscalculie ?

Une autre raison pour laquelle un élève peut avoir des difficultés en mathématiques est la dyscalculie, un trouble spécifique de l’apprentissage qui peut affecter les compétences de calcul de base dans tous leurs aspects. Contrairement à ceux qui souffrent d’anxiété liée aux mathématiques, tous les élèves dyscalculiques ne craignent pas les mathématiques, mais même les élèves les plus optimistes ont du mal à les comprendre et à les apprendre.

La dyscalculie est différente des problèmes causés par un manque de connaissances. Il arrive qu’un élève ne souffrant pas de troubles spécifiques de l’apprentissage prenne du retard par rapport à ses camarades (par exemple par manque de motivation ou d’enseignants compétents), mais il est généralement capable de s’améliorer avec le temps, si sa situation évolue. En revanche, les problèmes causés par la dyscalculie sont durables. Le trouble touche non seulement les compétences actuelles de la personne concernée, mais aussi (et surtout) sa capacité d’apprentissage.

Les personnes atteintes de dyscalculie rencontrent divers problèmes en ce qui concerne l’utilisation des nombres et le comptage. Par exemple, elles ne comprennent pas pourquoi 10 est plus grand que 1 si zéro ne signifie rien. L’apprentissage de concepts logiques, comme le théorème de Pythagore, peut également s’avérer difficile pour ces personnes. Certains chercheurs soulignent que les personnes dyscalculiques ont besoin de comprendre et de visualiser tous les aspects d’une règle mathématique avant de commencer à l’utiliser. C’est l’une des raisons pour lesquelles elles éprouvent des difficultés à l’école, où il est souvent nécessaire de mémoriser rapidement la matière.

Il est impossible d’arrêter d’être dyscalculique, mais avec une formation et des soins adaptés, la plupart des gens sont capables d’améliorer leurs compétences. Des stratégies telles que l’octroi de temps supplémentaire pour apprendre les concepts de base et l’utilisation d’exemples concrets aussi souvent que possible se sont avérées utiles dans le traitement de la dyscalculie. C’est pourquoi il est important de diagnostiquer les enfants ayant des difficultés en mathématiques et d’introduire des adaptations spécifiques.

En résumé

Cependant, il est toujours conseillé de s’informer sur les sources possibles de difficultés en mathématiques et il est également important de souligner que le diagnostic final doit toujours être posé par un spécialiste. Les difficultés en mathématiques ont rarement une seule cause. La dyscalculie est souvent associée à d’autres troubles spécifiques de l’apprentissage et à l’anxiété liée aux mathématiques. D’autres caractéristiques, comme le TDAH, peuvent également avoir des répercussions sur les performances des élèves en mathématiques, sans compter le fait que les difficultés peuvent être causées par des problèmes physiques, par exemple une déficience visuelle non diagnostiquée.

Il n’est pas toujours facile de reconnaître des difficultés spécifiques, mais il existe des adaptations qui aident la plupart des élèves. Si vous souhaitez en savoir plus sur la manière d’aider les élèves qui ont des difficultés en mathématiques, jetez un œil au projet Calculate. Ce projet vise à promouvoir des méthodes efficaces d’enseignement des mathématiques et à sensibiliser les gens à la dyscalculie. De nouvelles informations sur le projet seront bientôt disponibles, alors ouvrez l’œil !

Référence:

Foley, A. E., Herts, J. B., Borgonovi, F., Guerriero, S., Levine, S. C., & Beilock, S. L. (2017). The Math Anxiety-Performance Link. Current Directions in Psychological Science, 26(1), 52–58.

Scroll to Top