EdComix : La culture italienne dans la bande dessinée

Notre projet Erasmus+ EdComix a éveillé notre curiosité sur la culture de la bande dessinée dans d’autres pays européens et systèmes éducatifs. Il est à noter que si pour la Belgique et la France, la bande dessinée fait partie de la société en tant que neuvième art, la situation est différente dans d’autres pays. Nous avons donc demandé à notre collègue italienne Corinne Troscia de nous donner un aperçu de la bande dessinée en Italie.

Pour commencer, un bref historique sur les origines de la bande dessinée italienne…

La date officielle de naissance de la bande dessinée en Italie est considérée comme étant le 27 décembre 1908, date à laquelle est publiée la première édition du “Corriere dei Piccoli”. La célèbre revue est la première véritable édition “industrielle”, avec un public très large, qui se concentre principalement sur les personnages de bande dessinée. Elle est également l’éditeur des premiers personnages italiens sérialisés, par Attilio Mussino et Sergio Tofano.

Dans l’article “Fluency without fear”, les auteurs affirment que, alors que nous apprenons l’anglais en lisant des romans et des poèmes, les mathématiques sont enseignées par mémorisation rapide et testées dans des conditions chronométrées. C’est l’une des raisons pour lesquelles les gens se déconnectent, renforçant l’idée fausse selon laquelle les mathématiques ne sont qu’une question de vitesse et de méthodes mémorisées et qu’il s’agit d’un domaine générateur de stress car les enjeux sont jugés trop élevés.

Après la Seconde Guerre mondiale, le public des bandes dessinées s’est considérablement élargi ; ces années-là, les bandes dessinées ne sont plus considérées comme un produit destiné aux enfants, mais également aux adultes.

Depuis les années 50, de nombreux personnages et bandes dessinées emblématiques ont vu le jour. C’est le cas de Tex Willer (le légendaire western de Gian Luigi Bonelli et Aureli o Galleppini) ; Diabolik (un voleur impitoyable créé par les sœurs Giussani) ; le détective Dylan Dog (Tiziano Sclavi) ; et le célèbre Corto Maltese (dessiné par Hugo Pratt). Parmi ceux-ci, il y a aussi quelques personnages féminins qui sont restés dans l’histoire des grandes bandes dessinées, comme Valentina (créée par Guido Crepax), Julia (créée par Giancarlo Crepaldi) et Eva Kant (la compagne de Diabolik).

Ces dernières années, la bande dessinée est devenue populaire grâce aux mangas japonais et aux super-héros des histoires de Marvel. En outre, les romans graphiques ont atteint un public plus large grâce à Gipo et Zero Calcare, ces artistes ont pleinement réussi à raconter les contradictions et les excès de la société moderne. En outre, les personnages de Davide Toffolo et Leo Ortolani ont attiré l’attention des jeunes lecteurs avec leur représentation satirique de l’adolescence (“Cinque allegri ragazzi morti”) et des super-héros (Ratman).

Depuis la première décennie de l’an 2000, la bande dessinée a commencé à perdre des lecteurs. Ce phénomène pourrait être dû aux nouveaux appareils informatiques et aux divertissements multimédias qui sont librement et facilement accessibles. Certaines des bandes dessinées les plus importantes et les plus populaires en Italie ont dû faire face à une perte importante de leurs ventes. Pour tenter d’augmenter les ventes et de contrer la perte de clients, de nombreux éditeurs ont appliqué divers expédients, tels que la création d’intrigues plus complexes, l’amélioration du graphisme ou la création de films et de contenus multimédias sur leurs bandes dessinées. Malheureusement, ces techniques n’ont pas apporté les résultats escomptés.

Même si les bandes dessinées classiques perdent des lecteurs, de nouveaux genres émergent et gagnent en popularité. Par exemple, Zero Calcare et Gibi ont conduit de nombreux lecteurs vers le genre du roman graphique, soit en diffusant du contenu sur le web et en communiquant activement avec leur public, soit en vendant leurs œuvres en librairie.

Un autre exemple d’un nouveau genre de bande dessinée populaire a été créé par Sio. Cet artiste a attiré l’attention du public, en particulier des plus jeunes, grâce à ses bandes dessinées au graphisme très essentiel, créé par la fusion de l’humour des memes et de situations et personnages surréalistes. Grâce à son style particulier, Sio a réussi à devenir assez populaire et publie deux magazines qui se vendent très bien.

Ainsi, même si les BD italiennes emblématiques connaissent une forte baisse des ventes, les nouveaux formats de BD et les modes d’interaction novateurs avec le public permettent de maintenir la popularité de la BD.

Les bandes dessinées utilisées dans l’éducation…

En plus d’être un moyen de divertissement, la bande dessinée peut également être utilisée dans l’éducation pour rendre l’enseignement plus attrayant. En 1980, Enzo Biagi a publié une série de bandes dessinées sur l’histoire de l’Italie. Il existe plusieurs bandes dessinées italiennes qui peuvent aider les enfants à mieux comprendre les événements historiques, car elles reproduisent, même si c’est de manière fictive, certaines caractéristiques historiques tout à fait vraies. Cette application de la bande dessinée a été étendue à la littérature, à l’enseignement de l’italien et même à la statistique. Par exemple, certains romans graphiques sont parfaits pour la narration et la découverte de références culturelles et stylistiques d’époques passées ou de lieux et d’États étrangers. La bande dessinée peut également être un guide privilégié pour “lire” le monde d’aujourd’hui et prendre conscience de certaines dynamiques historiques et sociologiques avec un véritable sens critique.

Grâce à la bande dessinée, l’identification des genres littéraires est plus explicite, car leurs figures de style sont plus évidentes.

Même si la bande dessinée dans la culture italienne a eu du mal à être reconnue comme un genre littéraire de valeur et un outil d’apprentissage utile, on assiste aujourd’hui à l’émergence d’un certain nombre de projets visant à améliorer l’utilisation de la bande dessinée dans l’éducation. Parmi les exemples, citons “Comics at school”, dans lequel les bandes dessinées sont utilisées comme moyen de promouvoir la participation à des activités sportives, et Comic@school, qui vise à renforcer le potentiel éducatif des bandes dessinées dans le contexte scolaire.


Un projet Erasmus+

Visitez le website du projet
 Suivez le projet sur Facebook: @EdComix

#edcomix #erasmusplus

En collaboration avec : YuzuPulse, le collège technique “Mihai Bacescu” de Falticeni (Roumanie), Areadne, Babel idiomas, Citizens in Power

Scroll to Top