TofIE : Suivre les cours dans le supérieur quand on est atteint de troubles spécifiques de l'apprentissage

Les étudiants souffrant de troubles spécifiques du langage et des apprentissages (TSLA) doivent souvent travailler plus dur que leurs pairs pour obtenir les mêmes résultats, étant souvent désavantagés. L’accès à l’enseignement supérieur ou à un autre type de formation continue est déjà une grande réussite pour les étudiants souffrant de troubles spécifiques de l’apprentissage, il est donc essentiel qu’ils reçoivent un soutien et des outils spéciaux pour réussir. Les troubles de l’apprentissage ne s’améliorent pas avec le temps, mais ils peuvent devenir gérables grâce à des outils et des mécanismes adaptés à chaque individu et à ses besoins.

Ces dernières années, les établissements d’enseignement supérieur ont pris davantage conscience de ces problèmes et ont commencé à développer des services pour répondre aux besoins des étudiants atteints de troubles spécifiques du langage et de l’apprentissage, car leur nombre est en augmentation. Malheureusement, dans de nombreux cas, les services et les conseils prodigués ne sont pas suffisants ou manquent de cohérence. Le système éducatif continue de sous-estimer les étudiants présentant des handicaps ou difficultés quelle qu’elle soit.

Les enseignants jouent un rôle central sur le chemin vers une éducation plus inclusive. Souvent, ils n’ont pas de formation spécifique pour aider et soutenir les élèves ayant des besoins particuliers, ce qui rend la tâche de soutenir ces élèves beaucoup plus difficile. Pourtant, ils jouent un rôle très important dans l’inclusion des étudiants, influençant ainsi grandement leur avenir. Le projet “Tools for Inclusive Education” (Tofie) vise à développer les compétences des éducateurs en leur fournissant un ensemble de ressources claires et compactes contenant des informations sur les troubles d’apprentissage les plus courants, leurs caractéristiques, des outils et des conseils sur la manière de mieux interagir avec les étudiants. Ils ont le pouvoir ultime d’aider et d’évaluer les étudiants.

De plus, les enseignants ont la possibilité d’adapter les leçons à un plus grand nombre d’apprenants, d’adapter les délais des devoirs pour donner suffisamment de temps pour saisir le sujet, de concevoir des objectifs clairs et compréhensibles, de résumer les points clés avant de commencer un nouveau chapitre, et plus encore. Ces méthodes d’enseignement peuvent décider de la réussite des élèves atteints de troubles spécifiques du langage et elles sont bénéfiques pour tous les élèves. Les enseignants ne sont pas des spécialistes de l’apprentissage. Par conséquent, il doit y avoir un bon dialogue entre les élèves et les enseignants afin de sensibiliser et de favoriser la compréhension des handicaps qui pourraient constituer un obstacle à l’épanouissement des élèves.

Certains établissements commencent à choisir l’approche de la “conception universelle”, car ce qui peut être bénéfique pour les étudiants souffrant de handicaps physiques et de troubles de la parole peut l’être pour tous. Les lignes directrices de la conception universelle pour l’apprentissage sont organisées selon des principes tels que : l’engagement, la représentation, l’action et l’expression, et ces principes sont ensuite déclinés en ligne de conduite. Ces recommandations ne sont pas obligatoires et elles peuvent être ajoutées lorsque les éducateurs ressentent le besoin d’adapter leur contenu au public.

L’objectif est d’aider à mieux gérer l’inclusion et la diversité par l’utilisation de méthodes et d’outils appropriés pour promouvoir l’égalité, l’inclusion sociale, la diversité et la non-discrimination.

Il est important de souligner que les troubles de l’apprentissage sont permanents et qu’ils font partie intégrante du développement d’un étudiant, non seulement à l’école, mais aussi dans sa vie quotidienne, et que les troubles de l’apprentissage persistent à l’âge adulte. Les troubles spécifiques de l’apprentissage n’ont rien à voir avec l’intelligence de l’élève. Au contraire, certains ont même un QI élevé. C’est pourquoi les aménagements et les outils sont essentiels pour l’élève tout au long de sa vie scolaire.

Tofie vise à développer un système éducatif plus inclusif dans le but de favoriser un environnement professionnel et engagé dans l’enseignement supérieur afin d’aider les enseignants à intégrer les bonnes pratiques et les nouvelles méthodes pour soutenir les étudiants en situation de handicap ainsi que les étudiants étudiant dans une langue étrangère. Le projet vise à développer les compétences des éducateurs en leur fournissant un ensemble de ressources claires et compactes contenant des informations sur les troubles d’apprentissage les plus courants, leurs caractéristiques, des outils et des conseils sur la manière de mieux interagir avec les étudiants handicapés car la communication est essentielle.

Sources:

Universal Design for Learning Guidelines: http://udlguidelines.cast.org/more/about-graphic-organizer
Learning Disability Documentation in Higher Education: What Are Students Submitting? https://www.researchgate.net/publication/278326315_Learning_Disability_Documentation_in_Higher_Education_What_Are_Students_Submitting
Elèves «Dys», TDA/H, HP…:au-delà des discours,quels outils pour lesenseignantsetlesprofessionnelsde la santé? http://www.ufapec.be/files/files/analyses/2015/3515-etude-dys-enseignants.pdf

Pictures: Photo by Shubham Sharan on Unsplash – Photo by Good Free Photos on Unsplash

 

Projets d'inclusion :

Outils d’accessibilité des images, du texte et de la présentation proposant une expérimentation narrative et visuelle d’œuvres d’art pour des apprenants peu ou pas qualifiés, avec des besoins spécifiques …

Livres électroniques adaptés pour soutenir l’alphabétisation des apprenants défavorisés.

Plateforme dédiée au soutien du développement des compétences de base pour les enfants DYS de 6 à 12 ans