Promouvoir l'inclusion dans l'enseignement supérieur grâce au projet Erasmus+ Tofie

Les adultes souffrant de troubles spécifiques de l’apprentissage représentent environ 6 à 8 % de la population selon la Fédération française des Dys. D’où l’importance de promouvoir un environnement d’apprentissage inclusif où les étudiants avec un handicap peuvent s’épanouir et vivre pleinement leur potentiel. Les troubles de l’apprentissage étant un problème qui dure toute la vie, nous devons envisager l’inclusion sous un angle différent, où elle n’est pas seulement importante dans les écoles primaires et secondaires, mais tout au long de la vie d’un individu.

Les étudiants souffrant de troubles de l’apprentissage ont moins de chances de terminer leur cursus ou d’obtenir un bon diplôme parce que les établissements ne répondent pas à leurs besoins. Mais en intégrant des pratiques inclusives dans la structure d’un établissement, moins d’aménagements seront nécessaires à l’avenir (Office for Students – UK). Les troubles d’apprentissage ne peuvent pas être”réparés” chez un individu, et ne sont pas liés à l’intelligence : il s’agit d’un problème de neurodiversité qui, s’il est bien pris en compte, peut être géré et donner aux étudiants la possibilité de réussir.

Dans le but de comprendre comment les aménagements raisonnables sont appliqués dans les universités des pays partenaires du projet Erasmus+ “Tools for Inclusive Education” (Tofie) et comment ils peuvent être améliorés, l’équipe du projet a créé un rapport de bonnes pratiques qui rassemble les conclusions suivantes :

  • Grèce – La majorité des éducateurs participent à des programmes éducatifs/séminaires sur l’éducation inclusive, principalement dans l’enseignement primaire et secondaire, comme moyen de développement professionnel. Il n’y a pas beaucoup d’espace pour l’interaction avec les collègues et le partage des expériences, ou entre la communauté scolaire et la stratégie adoptée. Le manque de personnel et de ressources adéquates rend les environnements inclusifs encore plus difficiles à créer.
  • Espagne  – L’outil identifié en Espagne démontre la variété des organisations et des fédérations qui sont nées pour soutenir les stratégies proposées par le gouvernement et pour faire progresser l’éducation inclusive en apportant un soutien aux personnes handicapées et à leurs familles, lorsque l’aide du gouvernement n’arrive pas.
  • ROYAUME-UNI – Il existe des politiques, des outils et des pratiques qui visent à soutenir et à fournir une éducation inclusive aux personnes handicapées au Royaume-Uni. Les avantages sont reconnus et les méthodes deviennent plus courantes, à mesure que le niveau de soutien augmente et que le désir de recevoir le bon soutien au bon moment pour les bonnes personnes grandit. Cependant, davantage d’outils et de stratégies sont nécessaires afin d’accroître et d’améliorer l’éducation inclusive disponible. Des lacunes particulières existent dans l’enseignement supérieur, stratégies et incitants cohérents, et les étudiants étrangers.
  • Belgique – La principale source d’inclusion en Belgique est le statut “d’étudiant à besoins spécifiques” qui donne à l’étudiant l’accès à des aménagements raisonnables en fonction de ses besoins et des limites de l’institution. Chaque université en Belgique dispose d’un département spécialisé dans l’inclusion qui veille à ce que les étudiants soient suivis, mais certaines questions restent un obstacle. L’ Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur (ARES) est souvent responsable de la création de programmes de formation, avec l’aide d’associations sans but lucratif impliquées dans l’inclusion.
  • Roumanie – La Roumanie est au commencement du processus d’offre d’opportunités éducatives et de soutien aux troubles de l’apprentissage et la première étape à franchir dans ce processus est de se concentrer et d’investir dans les ressources humaines. Le manque de formation ciblant les éducateurs pour adultes et les professeurs d’université doit être abordé afin de développer des programmes qui seront en mesure de répondre à tous les besoins d’apprentissage des étudiants.
  • Finlande – Le système éducatif finlandais est construit sur le principe de l’éducation inclusive et ce principe est appliqué dans les programmes de formation pédagogique qualifiantes pour l’enseignement. Il existe un réseau d’ONG qui offrent une aide et un soutien pour les différents problèmes d’apprentissage, des formations à court terme et des informations pour les apprenants et les professionnels.

Cette analyse servira à élaborer la méthodologie d’un kit de formation qui s’adressera aux éducateurs et aux professionnels de l’enseignement supérieur en général.

Ce projet durera 26 mois, d’octobre 2020 à novembre 2022, continuez à nous suivre pour plus d’informations !

Site web de ToFIE : à venir
  Suivez ToFIE sur Facebook: @EuTofIE @Logopsycom
#erasmusplusproject

Nos partenaires dans ce projet sont : European Education and Learning Institute ; LAUREA ; Creative Learning Programmes ; Incoma ; Universitatea din Pitesti

 

Projets similaires :

Plateforme européenne de ressources éducatives gratuites pour les enfants dyspraxiques, de 6 à 15 ans.

Favoriser la mémorisation et l’apprentissage inclusif des élèves avec des contenus interactifs adaptés à leurs profils et l’utilisation de cartes mémoire.

Méthodologie d’utilisation de la bande dessinée comme outil pédagogique pour l’apprentissage inclusif de l’anglais.